DANS LES BACS : AVATARS ENTRE LES DEUX OREILLES

Publié le par Noémie Pommier

Ca y est, "Avatars", le nouvel album de William Sheller est dans les bacs depuis lundi 27 octobre. Au programme, douze titres pop avec une époustouflante musique qui déménage, et des textes magnifiques contant une sorte de promenade virtuelle sur la toile internautique à la rencontre de personnages étonnants : du dragueur de camping au pauvre type qui traîne la nuit en passant par la vieille chanteuse en fin de carrière.
L'album est commercialisé sous deux formes :  dans un digipack formé de trois volets cartonnés renfermant le CD, ou dans une présentation sous boîte cristal.

Publié dans AU FIL DE L'EAU

Commenter cet article

piednez 31/10/2008 19:44

Je ne me considère pas comme un fan de William Sheller, (jamais vu sur scène par exemple), mais je me permet tout de même de laisser un com sur ce blog puisque je connais bien tout de même (tradition familiale)...
Je lis que vous attendiez cet album impatiemment... c'est mon cas également, surtout qu'il s'agit d'un album assez rock et orchestré comme tel, (ce que je préfère chez Monsieur Sheller)... J'avoue une certaine déception (il faut dire que je suis toujours époustouflé à chaque écoute des Machines absurdes et ce depuis sa sortie il y a 8 ans...), principalement étonné du mixage global un peu lourd et poussif de certains morceaux et de certains effets sur les voix, particulièrement gênants sur les overbubs... Des voix qui par moments se perdent un peu dans les guitares un brin "métal" (peut être un choix d'auteur, mais dont je cherche encore le sens caché après 6 écoutes complètes... pas assez me direz-vous et vous avez sans doute raison...)

Sinon, mélodiquement et dans les textes, nous avons à faire à du Sheller pur et dur. J'aime bien l'ambiance presque rock symphonico-progressif d'"Avatars I". Le petit côté désuet de "la longue échelle" n'étant pas sans rappeler le maître du genre Sir Mc Cartney (époque Penny Lane). Tout ira bien est tout aussi beatlesienne, sonnant assez Harrison (particulièrement le dernier album Brainwashed). "Felix et moi..." rare un morceau sur base de guitare chez William Sheller... Très joli, jeu en tout cas et mélodie intimiste à la manière d'un Maxime Leforestier.
Mention spéciale pour le funky-rock "Jet Lag" et sa ligne de basse à contre-courant, dans un style proche des morceaux rock des machines absurdes ou d'Albion... Mais pourquoi cette batterie trop en arrière et si aigüe (caisse claire) ?? Le final abrupte est particulier, ce qui n'est pas pour me déplaire dans une époque de formatage systématique de la musique...
"Tristan", le talent de compositeur est toujours intacte. Très beau morceau d'inspirations classiques, remis au goût du jour. L'arrangement est superbe. Très beau texte également !
"Blackmail" est dans la lignée d'"Oh j'cours tout seul" ou des "Miroirs dans la boue". La recette qui a fait son succès fonctionne toujours, car pour ce style là Sheller est unique en son genre.
"Music-hall", également sur les traces de son passé musical, début des années 80, titre sympatique et typique.
"Le veilleur de nuit"... Alors cette fois, le choix de mixage met les voix très en avant ... Je pense que guitares et batterie auraient pu être plus mises en avant pour dynamiser encore plus le thème. Pour la mélodie, à nouveau proche du rock progressif de Crimson par exemple, vraiment bon.
Spyder le cat. Un bon morceau se laissant aisément écouter, mais je ne saurai pas trop quoi en dire...
"Camping"... j'aime bien ça, de très bonnes idées sur la ligne de basse et sur la mélodie en général. Encore une fois, du Sheller pur (époque Carnet à spirale) mêlé de progressif (sur les descentes particulièrement), très réussi et ce titre me semble excellement mixé... Enfin "Avatar II", l'instrumental serait excellent comme BO de film retraçant une épopée guerrière ou aventurière au 16-17è siècle... s'il n'y avait ce texte posé dessus. Je n'arrive pas à rentrer dans le texte et je pense que le mixage y est pour beaucoup... (voix un petit peu trop en arrière, un peu plate, là pour le coup une légère reverb ou juste un overdub du même thème vocal aurait peut être été judicieux... enfin ce que j'en dit je ne suis pas spécialiste, juste passionné de musique...)
Voilà pour mon analyse personnelle. Rien de vraiment neuf mélodiquement, William Sheller surfe sur ce qu'il sait faire, et qu'il fait bien depuis toujours.Quelques agréments d'arrangements et de conception mélodique apportent du positif. Et un mixage, je me répète, qui personnellement me déçoit, tout simplement parce que les mêmes ingrédients en même quantité mais mieux répartis auraient peut être apportés plus encore à cet album du talentueux William Sheller.
A noter, qu'après l'écoute,je ne fredonne pas facilement les morceaux que je viens d'entendre, mais plutôt "Dans un vieux rock n'roll", ou "Oh j'cours tout seul", c'est grave docteur ???...